Davantage de routes et de rails dans les régions périphériques ?

Actualités > Communiqués > Davantage de routes et de rails dans les régions périphériques ?

Développer la route et le rail uniquement dans les régions qui connaissent des bouchons ne suffit pas. Les moyens de transport doivent également être développés dans les régions périphériques, a souligné la directrice des travaux publics du canton de Thurgovie, lors de l’Infra-Tagung. Cette manifestation, qui s’est tenue à Lucerne, est la plus important du secteur suisse de la construction d’infrastructures.

Les infrastructures de transport doivent-elles être développées avant tout dans les centres, là où la route et le rail sont les plus encombrés ? Pas seulement, estime Carmen Haag, conseillère d’Etat et cheffe du département des travaux publics et de l’environnement du canton de Thurgovie. Des capacités de transport supplémentaires sont également nécessaires dans les régions périphériques. Les réflexions et alliances régionales ont une grande importance dans la politique suisse des transports. C’est notamment ce qu’a montré l’expérience de la route Bodensee-Thurtal.

Michel Huissoud, directeur du Contrôle fédéral des finances (CDF), plaide en revanche pour un développement mesuré des infrastructures. Dans le cadre d’investissements des pouvoirs publics, il faut toujours se demander quels sont les intérêts des acteurs. « Nous devons être conscients que les générations futures devront payer l’entretien des infrastructures qu’elles hériteront. Il est par conséquent de notre responsabilité de commencer à renoncer à des infrastructures superflues », a souligné Michel Huissoud.

Nouveau modèle de coopération dans la construction d’infrastructures
« Des infrastructures performantes sont extrêmement précieuses pour l’attrait du site économique Suisse », a souligné Christian Wasserfallen, Conseiller national et président d’Infra Suisse. Les étapes d’aménagement dans les agglomérations et pour les routes nationales sont par conséquent aussi nécessaires que les investissements dans leur entretien. Les maîtres d’ouvrage et les entreprises de construction sont invités à réaliser les projets prévus dans les délais et à des prix raisonnables. « Une collaboration fructueuse est essentielle », a déclaré Christian Wasserfallen.

Les CFF attribuent chaque année des mandats de génie civil pour un montant de l’ordre d’un milliard de francs, a relevé Jacques Boschung, responsable des infrastructures ferroviaires depuis 2019. Dans ce cadre, ils s’engagent pour une approche durable en matière économique, écologique et sociale, de l’acquisition à l’élimination en passant par la production et l’exploitation. Compte tenu de l’augmentation du volume des travaux et des délais toujours plus serrés pour la construction des infrastructures ferroviaires, les CFF souhaitent créer un nouveau marché avec d’autres modèles de coopération. Les entreprises externes doivent assumer davantage de responsabilités et soumettre leurs prestations aux CFF sous forme de paquet global.

Davantage de concurrence basée sur la qualité pour plus de durabilité
La révision de la loi sur les marchés publics renforce une concurrence basée sur la qualité, par rapport à une concurrence uniquement basée sur le prix. Pour le secteur suisse des marchés publics, cela représente un changement de paradigme. Matthias Forster, directeur d’Infra Suisse est convaincu que « le changement doit partir des pouvoirs adjudicateurs ». Ce sont eux qui ont les cartes en main pour mettre en place une véritable concurrence basée sur la qualité et favoriser ainsi l’innovation et la durabilité dans la construction d’infrastructures. Des achats durables ne requièrent pas une bureaucratie débordante, mais des systèmes et des normes efficaces et harmonisées, a encore souligné Matthias Forster.

Les acheteurs publics doivent être tenus d’utiliser davantage de matériaux de construction recyclés. « Dans presque tous les domaines, les produits recyclés sont de qualité équivalente à celle des matériaux primaires », a relevé Hansruedi Müller, responsable du groupe de travail Baustoffkreislauf Regio Basel. Celui-ci a toutefois également souligné que tous les déchets de chantier ne conviennent pas pour réaliser des matériaux recyclés de qualité. On ne saurait donc faire l’économie de nouveaux sites de décharge pour les matériaux d’excavation et les déchets de chantier.

L’Infra-Tagung est la plus importante rencontre des constructeurs suisse d’infrastructures, dans le cadre de laquelle des politiciens, des maîtres d’ouvrages et des entreprises de construction échangent leurs avis sur des sujets d’actualité de la politique des infrastructures et des transports. Cette manifestation est organisée par Infra Suisse, l’organisation faîtière des entreprises suisses actives dans la construction d’infrastructures.

L’Infra-Tagung 2020
Sous le titre « Wie heiss ist der Preis ? » le président d’Infra Suisse et conseiller national Christian Wasserfallen, la conseillère d’Etat du canton de Thurgovie Carmen Haag, le membre de la direction du groupe et responsable des infrastructures aux CFF Jacques Boschung, le responsable du groupe de travail Baustoffkreislauf Regio Basel et propriétaire de Baliox AG Hansruedi Müller, le psychiatre Reinhard Haller, le directeur du Contrôle fédéral des finances Michel Huissoud ainsi que le directeur d’Infra Suisse Matthias Forster ont présenté des exposés lors de l’Infra-Tagung 2020, qui s’est tenue le 23 janvier 2020 dans le KKL de Lucerne.

infra-suisse.ch/tagung
#InfraTagung

Renseignements

Matthias Forster
Directeur
058 360 77 70
078 753 39 53
[javascript protected email address]